Nous suivre sur les réseaux sociaux

Newsletter

Si vous voulez être informé sur nos prochaines sorties et suivre notre actualité abonnez-vous à la newsletter:

MARS DES FEMMES (1991), chronique d’une révolution malienne (livre + dvd)

Auteur : Ouvrage collectif

Editeur : Cauris livres

Le témoignage inédit de 25 femmes sur l’avènement de la démocratie au Mali.

Inclus dans le livre : Dvd –Images d’archives de mars 1991
Réalisé par Seydou Koné du CNCM, il retrace le film des évènements tragiques de Mars 1991.

Prix de vente en FCFA : 8 000 F CFA
Prix de vente en Euro : 18 €
Format : A4
Code ISBN : 978-99952-60-37-8
Date de parution : décembre 2016

4e de couverture
1991 : année de la révolution démocratique au Mali.

Dès le 30 décembre 1990, le ton est donné par la gigantesque marche unitaire de demokarasi, i sanbè sanbé ! En janvier 1991, les associations de jeunes, d’élèves et d’étudiants, les associations politiques et des droits de l’homme, les syndicats battent le pavé pour réclamer plus de justice sociale, plus de liberté. Ce sont ces marches de revendication démocratique qui vont aboutir, le 26 mars 1991, à la chute du général Moussa Traoré, au pouvoir depuis 23 ans.

Militantes idéalistes, mères de famille solidaires du combat de leurs enfants, anonymes déterminées, les femmes ont été à l’avant-garde. Principales victimes de la répression du vendredi 22 mars, « le vendredi noir », elles ont payé un lourd tribut à l’avènement de la démocratie.

Si mars est le mois où l’on célèbre la lutte des femmes du monde entier, mars 1991 aura été incontestablement celui du martyre et du triomphe des femmes maliennes.

Un quart de siècle après, que savons-nous de cet engagement au féminin ? Que sont devenues ces héroïnes ? Pour répondre à ces questions, Cauris livres donne la parole à 25 d’entre elles. Elles racontent l’insurrection de Mars 1991.

Ce travail est un travail militant dont le but est de raviver notre mémoire collective et d’apporter de la matière à l'histoire du Mali.

Elles sont dans MARS DES FEMMES

Adame Ba Konaré

Adame Ba Konaré, historienne, enseignante-chercheuse et écrivain, cofondatrice du COFEM, Première Dame du Mali de 1992 à 2002, également initiatrice du musée de la Femme MusoKunda et du centre Kadiatou Thiam.

Aïssata Mallé

Aïssata Mallé, magistrat de la Cour constitutionnelle à la retraite depuis 2011, cofondatrice du COFEM, membre de nombreuses associations, nationales et internationales, et du syndicat autonome de la Magistrature (SAM).

Bintou Maïga

Bintou Maïga, ancienne de l’UNEEM, basketteuse, greffière à la retraite, présidente d’honneur du PARENA, membre de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) et cofondatrice du COFEM.

Bintou Sanankoua

Bintou Sanankoua est professeur d’histoire et écrivain. Membre du PMT, parti clandestin dirigé par feu Abderahmane Baba Touré, elle est l’une des fondatrices du COFEM.

Fatoumata Siré Diakité (décédée fin 2016)

Fatoumata Siré Diakité, enseignante, syndicaliste, présidente fondatrice de l’APDF, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Mali en Allemagne de 2005 à 2011.

Kadiatou Sow

Kadiatou Sow est la première femme gouverneur de région, membre fondateur et toujours présidente de l’ADEMA Association. Également cofondatrice du COFEM, Kadiatou Sow fut plusieurs fois ministre entre 1992 et 2002.

Korotoumou Théra

Korotoumou Théra dite Adja, ancienne secrétaire générale des comités AEEM du lycée de Jeunes Filles et de l’ENA, membre fondateur de SADI et ancienne porte-parole du cadre de concertation des femmes des partis politiques.

Lalla Ben Barka

Lalla Ben Barka, enseignante de formation, cofondatrice du COFEM, ayant occupé des postes à haute responsabilité au Mali et dans les organisations internationales comme l’ONG ACORD, la CEA et l’UNESCO.

Manassa Danioko

Magistrat et membre fondateur du COFEM, Manassa Danioko a été ambassadeur du Mali au Canada de 1995 à 2002. Actuellement présidente de la Cour constitutionnelle, elle est également la première femme présidente du tribunal de Bamako, procureur général près la Cour d’appel de Bamako et près la Cour suprême du Mali.

Oumou Touré

Oumou Touré, sociolinguiste, consultante, militante du mouvement des femmes, promotrice de l’ONG Woiyo Kondeye, présidente de la CAFO et actuellement membre de la CENI.

Rokia Bâ

Rokia Bâ, membre de l’ADEMA Association et membre fondatrice du COFEM.

Rokia Sanogo

Rokia Sanogo, pharmacienne, première Malienne agrégée en pharmacie, membre fondateur du CNID Association, du COFEM et secrétaire général du parti SADI.

Rokiatou N’Diaye Keita

Rokiatou N’Diaye Keita, ancienne directrice de cabinet du président Konaré, militante pour l’indépendance, membre fondatrice de l’ADEMA et du RPM.

Salimata Tamboura

Salimata Tamboura, documentaliste, cofondatrice du COFEM, ancien chef de service administratif et social à la BCEAO, chargée de contrôle des banques de l’UEMOA à la Commission bancaire à Abidjan et conseiller technique à la primature.

Sanaba Sissoko

Militante politique, secrétaire aux Finances et membre fondateur de la coopérative Jamana, Sanaba Sissoko était la seule femme du comité de rédaction des Échos, en 1991.

Aïssata Cissé

Aïssata Cissé, journaliste à la retraite, est la mère de Ramatoulaye Dembélé, décédée des suites des blessures reçues le 22 mars 1991.

Awa Cissé

Awa Cissé, teinturière à Badalabougou, gravement blessée le 22 mars 1991.

Bafanta Sanogo

Bafanta Sanogo dite Naba, vendeuse domiciliée à Bagadadji, doyenne et ex-présidente des femmes de l’ADVR. Elle a perdu son fils Mohamed Fofana, le 22 mars 1991.

Fanta Doumbia

Fanta Doumbia, ménagère à Lafiabougou.

Hawa Laure Sidibé

Hawa Laure Sidibé, coiffeuse et esthéticienne, grièvement blessée le 22 mars 1991.

Oumou Koné

Inspectrice des impôts à la retraite, mère de deux enfants gravement blessés le 22 mars 1991 et ayant toujours besoin de soins.

Aminata Diakité

Aminata Diakité dite Djifili ka Malado est actrice comédienne de théâtre. Présidente d’une tontine de quartier, elle est également militante de plusieurs associations féminines.

Assétou Koité

Assétou Koité, militante politique, administrateur des affaires sociales, première directrice du centre de détention, de rééducation et de réinsertion pour femmes et mineures de Bollé

Marcelle Richard

Marcelle Richard, première femme à avoir ouvert une clinique au Mali. Marcelle Richard a apporté une grande assistance aux blessés de Mars 1991.

Ramata Dia

Ramata Dia, journaliste, directrice de Finzan Communication et des radios Guintan, cofondatrice du COFEM.

 

 

 

 

© Cauris livres 2010 - 2017 | Conditions gérérales de vente

Design by Binthily communication