Nous suivre sur les réseaux sociaux

Newsletter

Si vous voulez être informé sur nos prochaines sorties et suivre notre actualité abonnez-vous à la newsletter:

Co-épouses et co-veuves

Auteur : Adrienne Yabouza

Editeur : Cauris livres

Auteur : Adrienne Yabouza

Editeur : Cauris livres

Date de parution : Octobre 2015

Prix de vente : 7 500 FCFA / 14€

Résumé

Les coépouses Ndongo Passy et Grekpoubou s’aiment comme deux sœurs, unies pour le pire et pour le meilleur.

A la mort de leur mari, face au mensonge et à l’injustice, elles engagent une lutte pied à pied avec le destin.

Dans un style mordant, Adrienne Yabouza emprunte à la rue de Bangui ses mots les plus colorés pour raconter la vie en dents de scie de deux femmes de caractère, généreuses et avisées

Genre : Roman

Format : 115 X 190

Nombre de pages :

Poids :

Code ISBN : 978-99952-60-29-3


 

BIOGRAPHIE : ADRIENNE YABOUZA

Née en 1965 en république centrafricaine, Adrienne Yabouza avant de découvrir l’écriture, aimait raconter aux siens, l’histoire et les traditions de leur peuple yakoma.

Romancière passionnée, militante féministe, sensible aux sorts des plus faibles, elle évoque dans ses livres les destins contrariés de ses compatriotes. Ses publications très tôt saluées par la critique, ne tarderont pas à lui attirer les foudres des dirigeants politiques.

Quand la guerre éclate en mars 2013 à Bangui, Adrienne Yabouza se réfugie au Congo avant de demander l'asile politique en France. Actuellement, elle réside en Bretagne, dans les Côtes d'Armor.

Bibliographie sélective :

  • La défaite des mères, roman 2008 (Oslo Editions)
  • Bangui... allowi, roman 2009 (Oslo Editions)
  • Le bleu du ciel biani biani, roman 2010 (Oslo Editions)
  • Co-épouses et Co-veuves, roman 2015 (Cauris livres)
  • Comme des oiseaux (éditions Bilboquet 2015)
  • Méchante nuit (Planète Rêvée 2015)

 

INTERVIEW D'ADRIENNE YABOUZA

Q : Pourriez-vous, nous évoquer le souvenir de la République centrafricaine, votre pays que vous avez dû fuir pour rejoindre la France en tant que réfugiée politique ?

Quand on est loin du pays, c'est souvent l'enfance qui revient avec son insouciance, ses moments heureux… Je pense souvent à ces nuits de saison sèche en forêt et au fleuve Oubangui dans lequel nous aimions tant plonger.

Il y a aussi la guerre dont les drames et les violences subis m’ont profondément bouleversée.

Mais mon pays me manque. Combien il a raison le poète qui disait que "c'est un dur métier que l'exil" !

Q : Comment êtes-vous arrivée à l’écriture ?

Le chemin qui m’a conduite à l’écriture est un chemin bien singulier ! J'avais acheté et lu Le cœur qui pique les yeux, roman d’Yves Pinguilly, écrivain breton. Un jour cet auteur est venu à Bangui faire une conférence. Il est passé à la télévision nationale. Le lendemain, nous nous sommes rencontrés alors qu'il était arrêté devant le salon de coiffure où je travaillais. Je lui ai alors dit "j'ai un livre de vous".

Le jour suivant quand il est repassé par là, je lui ai montré son roman. Ce fut le début d'une sincère amitié. Par la suite, quand il m'a entendu me raconter, raconter ma fuite dans la forêt avec mes enfants lors des mutineries, il m'a dit "vous avez l’art de raconter, il faut écrire !"

Trois mois après, nous commencions à écrire ensemble. C’était il y a 10 ans, le début d’une grande aventure.

Q : Les conditions de vie difficile de vos compatriotes ont souvent inspiré vos livres. Votre écriture est-elle une écriture militante ?

J'ai longtemps travaillé dans un milieu de paroles, d'histoires ; en l’occurrence, le salon de coiffure. J’ai toujours su garder les yeux ouverts sur la rue, sur la vie ordinaire de gens ordinaires et sur leurs souffrances quotidiennes. J'ai rempli mes oreilles de l'intimité de femmes qui se racontaient. Que d'histoires !

Mon écriture c’est être au plus près du réel, être à l’écoute des autres, transmettre mes émotions. Est-ce cela une écriture militante ?

Q : Un peu de vous-même est-il raconté dans votre dernier roman Co-épouses et co-veuves publié chez Cauris livres ?

Ma vie a servi de fil rouge aux histoires de femmes racontées dans mes trois premiers romans. Mais pour Co-épouses et co-veuves, ce n'est pas le cas. Je suis veuve mais je n'ai pas vécu les aventures de mes héroïnes. J'ai puisé mon histoire chez d'autres femmes que j'écoutais, alors que je participais à la vie de l'association des veuves de Centrafrique. Ce que je raconte alimente malheureusement la rubrique des faits divers dans mon pays.

Adrienne Yabouza

© Cauris livres 2010 - 2017 | Conditions gérérales de vente

Design by Binthily communication